vendredi 9 septembre 2011

Le lait maternel

Après plusieurs recherches sur le net, voici une petite liste - non exhaustive - de ce qu'on peut faire avec cet élixir.

Attention tout de même, je ne suis pas médecin ! Je ne vous donne ici que quelques conseils, en aucun cas une solution médicale ;)

Maternité - Pablo Picasso

Propriétés
Le lait maternel est calmant, cicatrisant, hydratant, antiseptique, antiviral, anti-infectieux, et antifongique.


En application locale

- dans les yeux , en cas de conjonctivite purulente, d’orgelet ou de simple irritation

- dans les narines , en cas de rhume, ou simplement en lavage de nez 

- sur la peau :

         * sur le nombril des nouveau-nés, pour les soins du cordon

         * sur les fesses et le sexe : en cas d’érythème, de rougeur, d’irritation, de très 
         légère jusqu’aux fesses à vif

         * sur les mamelons abîmés : crevasses, morsures, mamelons endoloris ...

         * sur les lèvres gercées

         * sur les irritations, la peau desséchée (par exemple sur les ailes du nez lorsqu’on 
         s’est trop mouché)

          * sur les bobos variés, aussi bien sur la peau que sur les muqueuses (coupures 
         superficielles, égratignures, écorchures, griffures de chat, de rosier ou autre, 
         ampoules, irritations, aphtes, etc.)

         * sur les boutons de tout, notamment acné et varicelle

*   *   *

Viser directement la zone à traiter (soins du cordon, fesses rouges ... ), ou exprimer au creux de la main pour une application immédiate (mamelons, bouton d’acné sur le front ... )

Nettoyer ensuite soigneusement et délicatement avec une compresse si nécessaire, par exemple dans les soins du cordon, ou en présence de terre sur une écorchure, avant d’en remettre une giclée "pour la route". Laisser sécher à l’air au maximum, la cicatrisation ne s’en fera que mieux.

On peut aussi imbiber une compresse de lait maternel et la laisser en place sur la lésion à traiter. C’est notamment indiqué pour les aphtes : comme c'est dans la bouche, si on se contente d’appliquer du lait sur la muqueuse, il est vite emporté par la salive.

*   *   *

Pour les instillations, nasale ou oculaire, l’utilisation d’un récipient intermédiaire peut s’avérer nécessaire. Exprimer une quantité suffisante de lait maternel dans un récipient et remplir une pipette de sérum physiologique vide, un compte-gouttes, une pipette graduée pour sirop, ou une seringue sans aiguille, puis mettre le lait dans l’orifice concerné.

*   *   *

Dans le cas du traitement de la varicelle, mouiller des compresses et tamponner délicatement les boutons un par un (prévoir une compresse par bouton), en prenant garde à ne pas arracher les croûtes pour éviter les vilaines cicatrices. Répéter l’application plusieurs fois par jour, et penser à traiter les démangeaisons en parallèle ( demandez conseil à votre médecin). 


Par voie orale
Le lait maternel est doté de propriétés calmantes, par son contenu en endorphines, et a donc un puissant effet apaisant après une chute, une peur ou un chagrin, un coup de fatigue, et aussi pendant des soins douloureux (vaccins) ou énervants (coupe des ongles)

Il a aussi raison sans difficulté des petits creux comme des grosses fringales. A prendre directement au sein, au biberon ou au verre :)

Il est admis que le lait maternel couvre à lui seul tous les besoins nutritionnels de l’enfant jusqu’à un an, et reste un aliment extrêmement riche et précieux bien au-delà de cette limite.


Conservation
Pour une utilisation "médicale", il faut prendre du lait maternel frais (comprendre "non congelé")

Il se conserve
- à température ambiante (19° à 22° ) : jusqu’à 10 heures
- au réfrigérateur (0° à 4° ) : les récipients seront placés au fond du réfrigérateur et non dans la porte
de 5 jours (selon Olowe 1987, Lavine 1989) à 8 jours (selon Pardou 1994)

Penser quand même à lui laisser le temps de tiédir en le sortant du réfrigérateur. À température du corps, c'est quand même plus agréable. 


Pour une utilisation "alimentaire", on peut utiliser du lait maternel frais ou congelé  (le lait simplement réfrigéré est toujours préférable au lait congelé, car la congélation détruit certains de ses facteurs anti-infectieux ). Mais là je vous laisse chercher sur le net, parce que chez nous c'est direct du producteur aux consommateurs !

Il se conserve 
- dans le freezer d’un réfrigérateur : 2 semaines
- dans le compartiment congélateur d’un réfrigérateur-congélateur : 3 à 4 mois
- dans un congélateur séparé à –18° : plus de 6 mois


Mon petit mot perso de la faim fin : l'OMS recommande un allaitement exclusif de 6 mois, et la poursuite de l'allaitement jusqu 'à 2 ans ou plus.